Agenda - Contact - Plan d'accès - Recherche
Du côté des adhérents

 Voici quelques témoignages des structures ... Et vous quelles sont vos nouvelles?

Signe avec moi à la crèche Montaud Ubohu, à Montaud

Depuis novembre 2016, l'équipe de Montaud s'est formée à la langue des signes avec l'association « Signe avec moi » (SAM). Une conférence a été proposée pour l'équipe et les parents afin de présenter ce concept et balayer les a prioris ! Non, ça ne retardera pas leur langage, car nous parlons en signant pour associer les 2 et développer le langage. Nous avons ensuite passé 2 jours avec notre animatrice SAM, et nous sommes encore étonnées d'avoir appris presque 150 signes de façon ludique, mnémo-technique et aussi rapidement. Le quotidien, les aliments, les couleurs, les émotions, les animaux : tous ces thèmes abordés au travers de jeux et de comptines. Un pur plaisir !
Nous sommes revenues un matin auprès des enfants, bien décidées à partager nos découvertes avec eux. Quelle surprise de voir émerger un petit groupe d'enfants qui les assimilent à la vitesse de la lumière ! Le soir même, ils savaient dire « bonjour », « merci », « encore », « gâteau », « eau ».
Très vite, les parents se sont retrouvés démunis devant leur enfant faisant plein de gestes avec leurs mains ! Ils sont toujours étonnés que leur enfant leur apprenne quelque chose !. Ils ont vite été demandeurs de suivre à leur tour des formations pour communiquer avec leur enfant et poursuivre notre pédagogie. Dans le cadre du REAPP, nous avons proposé 3 ateliers signes et tous ont été pris d'assault !

 Depuis 1 an et demi, les enfants utilisent leurs mains au quotidien : bravo à Lucie, plus petite fille à avoir fait le signe « encore » à l'âge de 9 mois ! A 16 mois, elle nous signait « la peur » car elle entendait une tronçonneuse au loin. Aujourd'hui, elle a 2 ans et demi et parle comme un moulin !
Tous les matins, nous chantons la même chanson signée, qu'ils connaissent vite par cœur. Certains enfants connaissent plus de 50 signes !
A travers les signes, les enfants peuvent s'exprimer avant même de parler. Cela leur permet de diminuer leurs frustrations, de nous faire part de leurs besoins, leurs émotions... L'équipe signe au quotidien avec les enfants et observe leurs évolutions chaque jour.

N'hésitez pas à vous lancer dans l'aventure, c'est réellement surprenant !

A. Leroy, Montaud Ubohu


Organisation de prêt de caisses de jeux pour les assistants maternels du RAM du pays de la pierre à Montalieu

Lors des temps collectifs organisés par le RAM, les Assistants Maternels ont découvert divers jeux et animations possibles avec ces derniers. Suite à des échanges, les Assistants Maternels m’ont expliqué qu’ils apprécient beaucoup les jeux du relais. Ils aimeraient en utiliser des similaires chez eux, mais leur budget ne leur permet pas. Une ludothèque pourrait répondre à cette demande, mais nous n’en avons pas sur notre territoire proche.
C’est donc le RAM qui a réfléchi au projet et qui dans un premier temps a mis en place 6 caisses pour septembre 2017, puis 10 en janvier 2018. Les caisses sont à thèmes : activités tactiles ; encastrements ; instruments de musiques ; jeux à empiler ; jeux de constructions et déguisements.
Dès le début, 4 professionnels ont adhéré, puis un 5ème récemment. Progressivement, nous espérons que d’autres s’inscriront dans le projet. Sur les 77 AM du secteur, 20 participent de manière très régulière aux activités du RAM.
Les premiers retours sont très positifs, ces nouveaux jeux permettent de développer l'éveil et la curiosité intellectuelle du jeune enfant. Le projet est très apprécié par les premiers adhérents. Les Assistants Maternels découvrent les caisses avec beaucoup d’intérêt. Les enfants sont curieux de trouver ces nouveaux jouets et réclament les prochains.
Les échanges se font surtout pendant les temps collectifs, ce qui permait aussi de partager les expériences de chacun avec les caisses de jeux.

A. Reveyrand, RAM du pays de la pierre à Montalieu


Projet Nature et « crèche buissonnière » aux Diablotins, St Nizier

A la crèche, nous souhaitons profiter un maximum de notre environnement et sensibiliser les enfants à la Nature qui nous entoure. Une immersion est donc mise en place au quotidien, afin de jouer avec les éléments, découvrir les saisons, observer la Nature dans son ensemble, goûter, sentir, ressentir, écouter, observer, s'émerveiller...Tout est source de découvertes et de sensations : patouille dans la terre, se rouler dans un champ de fleurs, sauter dans la piscine de feuilles d’automne, s’inviter à une gadoue partie…La richesse de notre environnement direct, suffit à nous enthousiasmer chaque moment que nous passons dehors.
Pour une immersion optimale dans la nature, l’idée de "crèche buissonnière" émerge : proposer aux plus grands Diablotins de passer chaque mois une demie journée ou une journée entière dans la forêt, le but étant de vivre au plus près de la Nature. Après quelques prospections alentour, le camp de base est choisi, à une trentaine de minutes de la crèche. C’est la « crèche buissonnière » des enfants, leur repaire qu’ils retrouvent d'une sortie à l'autre. Nous leur fabriquons une cabane en amont, afin de pouvoir nous abriter en cas de mauvais temps ou de froid trop vif. Ainsi quel que soit la météo nous partons à pied par petits groupes de 4 ou 6 « trappeurs en herbe », deux fois par mois pour vivre pleinement et intensément au milieu des bois. Tout est prétexte à l’exploration, les arbres, les feuilles, les souches, les champignons, les pommes de pin, les brins d’herbe, les troncs couchés…Avec les loupes nous découvrons la vie secrète des petites bêtes, de la terre, la mousse, la neige, les flaques, la glace... Nous ressentons également en direct le vent, la pluie, la neige, le froid, le soleil, le brouillard...C’est un grand plaisir ensuite de nous retrouver dans la cabane à siroter une tisane fraiche avec un biscuit, ou de partager le piquenique avec les copains.


Pour le moment nos « expéditions » se passent en matinée et nous rentrons faire la sieste à la crèche. Avant de partir nous prenons le temps de dire au revoir et remercier les arbres et a forêt de nous avoir accueillis. Dès que la météo sera plus clémente, nous resterons dormir dans les bois dans notre abri ou sous les arbres si le temps le permet.
Ces aventures buissonnières sont de très beaux moments partagés avec les enfants pendant lesquels nous profitons pleinement de la Nature et des éléments, qui permettent à chacun, enfant et adulte de ressentir un vrai souffle de liberté.
E.Sambuis, les Diablotins

Les Petits drôles (Vizille) proposent un petit déj aux familles


Retour sur les journées du parental chez les ptits z'hêtres (Clelles) - Témoignage d'une maman

Quelle surprise pour les petits ce samedi matin 24 juin que de découvrir tous ces adultes à la garderie ! Pour les journées parentales, chez les p’tits z’hêtres, Claire Poirier a préparé une conférence sur le thème de la propreté. Vaste thème, car au-delà des pipis, cacas, po-pots, Claire nous a fait découvrir tout ce qui se jouait au moment de cette grande acquisition.

Nous, les parents, avons pu ainsi approfondir et échanger autour de l’apprentissage de la propreté au sens large (qu’est ce qui est propre ou sale, qu’est-ce qui sent mauvais ?), de la connaissance de son corps (sensations sur les fesses sans la couche qu’on a toujours connue), de la sortie de la toute petite enfance, de l’autonomie de l’enfant et du lien psycho-affectif avec ses parents.

Si l’acquisition de la propreté est souvent une période difficile pour les parents, puisqu’elle se déroule en parallèle à la phase d’opposition, on peut être rassurés en se disant que cet apprentissage a en fait commencé à se construire pour l’enfant dès ses tous premiers mois. D’abord à travers les moments du change (moments de tendresse, câlins, jeux), également à travers ce que l’enfant observe chez les plus grands (mais que se passe-t-il dans les WC quand la porte est fermée ?). Et de façon plus surprenante aussi à travers ses expériences et jeux de transvasements (eau, sable, …) ou de « pâtouillage » (pâte à modeler, pâte à sel, découverte de sa nourriture avec ses mains…) très importants pour l’enfant puisqu’ils lui permettent de se familiariser avec les notions de liquides et solides (pipi et caca).

Pourtant - le saviez-vous ? - le moment clé où l’enfant pourra vraiment être capable dans son corps de se passer de couches, correspond au moment où il sera capable de monter et descendre un escalier en alternant les deux pieds (pas avant 24 ou 28 mois) !
En attendant, nous, parents et professionnels, pouvons parler du pot, de sa fonction à l’enfant, lui proposer des livres sur le sujet, proposer un pot pour ses poupées… en bref le familiariser simplement avec la propreté, sans lui mettre de pression, jusqu’au jour où il sera vraiment prêt.

Mais pendant que les parents s’interrogeaient… que faisaient nos petits ?
Piscine à balles, parcours sensations pour les pieds (avec des bacs à traverser remplis de coton, herbe, haricots, sable et eau), coquillages et sable, pêche à la ligne… avec une belle décoration de guirlandes et rideau flottant dans le vent : il y avait bien de quoi les éveiller.
Un petit air de vacances avant l’heure par cette chaude matinée, conclu par un pique-nique partagé entre petits et grands !

Une maman de la crèche


Petit Marmouset devient Moussaillon lors de son entrée à l’école

Courant juin, le grand marmouset a écrit et porté une lettre à la maîtresse pour préparer la rentrée. Il se présente par l’empreinte de sa main.
Début juillet, le marmouset passe une matinée à l’école et l’après-midi, il offre le goûter à la crèche aux grands moussaillons.
Le 31 août, le goûter des marmousets a été l’occasion de la remise du diplôme des Marmousets à tous ceux qui vont faire leur entrée à l’école. Bon moment partagé entre les professionnelles, les familles et les enfants qui ont pris très au sérieux ce diplôme.
En tant que nouveaux moussaillons, ils sont prêts à affronter les océans des savoirs et à se faire de nouveaux copains.
Bon vent à eux
Toute l’équipe des Marmousets
 


"La grande aventure ! La crèche des Mahou Minauds rend visite à l'Envol de Coublevie

Le jeudi 6 juillet, nous avons vécu la grande aventure : Nous sommes allées rendre visite à nos petits copains de la crèche l'Envol qui nous avait écrit et invité chez eux. Nous, les Mahou Minauds avons pris le train puis le bus qui nous a amené à destination... Le train ! Une grande première pour nous !
Arrivés à la crèche, nous avons été très bien accueillis.
L'un des moments qui m'a vraiment plu est quand j'ai vu les yeux émerveillés des enfants de notre groupe devant cet immense jardin et son potager. Certains ont arrosé les plantes dès leur arrivée et jusqu'au moment de pique niquer !

Sofia, professionnelle à la crèche des Mahou Minauds"


 

"Un espace animaux à la maison des ptits bouts (Veurey-Voroize)

Suite à l’emprunt de la malle « animalle » dans notre structure, l’équipe a transformé les différents espaces de vie pour laisser place à tous ces animaux.
Poules, canards, chiens…de la ferme ont pris le dessus. Mathurin (oui, oui, celui de la chanson) est venu s’installer dans l’espace des grands. Il a fallu construire un enclos…


Nous avons eu l’idée d’inviter nos animaux familiers et chacun a pu apporter une photo de son compagnon. Ensuite chaque animal est venu prendre place sur « le mur des animaux » !


 


Matinée cirque dans le jardin de la crèche « Le sac à jouets » (St Joseph de Rivière)

Depuis le mois de mai, nous avons la visite de Diane Ficher de la compagnie Sol fa cirque à la crèche. Elle nous fait découvrir le petit monde du cirque.
« La compagnie des nez rouges » (groupe de nos grands) ainsi que « les petits artistes » (groupe des moyens) ont pu découvrir, expérimenter des techniques de jonglage avec des foulards, des balles, des assiettes chinoises.
Ils ont fait les acrobates en imitant les animaux : tigres, éléphants, otaries, chevaux et j’en passe.
Ils ont joué les équilibristes sur des petits blocs de bois, des rouleaux, sur un pédalgo et même sur la grande boule !

Samedi 17 juin, nos petits artistes en herbes ont fait découvrir à leurs parents ce qu’ils savaient faire !
Dans une ambiance chaleureuse et conviviale nous étions une petite quarantaine, petits et grands, a gouté au monde du cirque !

 

Cet évènement était relié aux journées nationales du parental ACEPP.

 


Un café des parents à la Balancelle (Moirans)

Vendredi 13 mai 2017, de 20h30 à 22h30, la Balancelle a proposé un café des parents intitulé
« La prise de risque dans le jeu de l'enfant : danger ou opportunité ? », animé par Nilgün Cevher kalburan, en lien avec L’Acepp38-73 et L’IFTS.


Nilgün  Cevher kalburan est professeur au département petite enfance à la faculté d’enseignement de l’université de Pamukkale à Denizli en Turquie. Elle a présenté des photos d’enfants qui  grimpent, jouent avec le feu, l’eau, expérimentent en cuisinant avec un couteau, bricolent avec un marteau….. Chacun a évalué le niveau de risque. Ce niveau varie en fonction de notre éducation, des expériences malheureuses vécues, du gout du risque et du caractère de chacun.  Cette évaluation a mis en évidence les différents degrés de peur de chacun. La peur de l’accident et le souci d’assurer la sécurité des enfants nous amènent parfois à limiter la liberté dans le jeu, dans l’expérimentation.
Les enfants aiment grimper,  jouer avec l’eau, le feu, les outils ….l’adulte peut se poser la question : est-ce que je leur donne cette liberté et jusqu’où ?  Une histoire a joliment illustré l’intervention : une petite fille grimpe dans l’arbre, sa maman lui explique le risque et la laisse grimper. Elle joue, admire la nature. Sa maman lui explique le risque de tomber, et lui laisse la liberté d’évaluer elle-même jusqu’où elle peut monter et trouver comment elle peut descendre.  Elle lui fait confiance. Un an plus tard la petite fille monte plus haut et tombe. A l’hôpital la maman s’interroge, se remet en question.  Nilgün nous questionne sur nos réactions vis-à-vis de cette histoire et nos expériences,  …… il s’avère que cette chute fait partie de l’expérimentation et ne va pas empêcher de continuer… pour  continuer à découvrir et surtout à prendre confiance en soi.
Grace à des photos et vidéos, Nilgün nous questionne sur nos définitions du risque et nous amène à différencier le risque du danger. Effectivement, il n’est pas question de mettre l’enfant en danger et de le laisser dans des situations où il se met en danger.
Elle nous amène a réfléchir comment éliminer le danger pour permettre aux enfants d’explorer le risque : en expliquant, en accompagnant, en donnant un espace aménagé, des outils adaptés, en observant beaucoup et laissant l’enfant trouver sa propre solution. Trop souvent, l’adulte a peur et intervient pour arrêter l’enfant. Ce comportement a des conséquences à courte durée :
-    L’enfant s’arrête d’expérimenter et perd toute sa concentration pour appréhender le risque
-    L’enfant qui n’allait pas tomber tombe
-    L’enfant qui cherche les limites et l’opposition, va renouveler l’expérimentation pour attirer à nouveau le regard de l’adulte.
Il existe aussi des conséquences à  long terme :
-    L’enfant se met en échec, il perd confiance en lui,
-    Il a peur de tout,
-    Il arrête de prendre des risques,
-    Il ne développe pas une habilité, une expérimentation, des outils et des matériaux.

Les enfants les plus « protégés » tombent plus, car ils n’ont pas expérimenté le risque. Si l’adulte explique : l’enfant est capable de savoir quelle est la bonne décision et quel est son niveau de mise en danger. Cette expérimentation va s’enrichir et se développer tout au long de sa vie, pour l’aider à être plus autonome, plus responsable et plus réfléchi jusqu'à l’âge adulte.
Cette démarche nous conforte dans notre projet pédagogique, où nous essayons de prendre le temps avec l’enfant pour qu’il apprenne, nous souhaitons lui donner le temps et la liberté de découvrir. Mettre ses chaussures tout seul sera plus long que de les lui mettre mais il le gagne en autonomie. Les multiples sorties, les courses faites avec la cuisinière, le repas pris en self service au Jardin d’enfants sont des pratiques qui au quotidien vont dans ce sens également. L’enfant a la satisfaction d’avoir fait tout seul, gagne en autonomie.
Les questions des parents de la Balancelle ont fusé. En voici un aperçu :

  • La prise de risques est multipliée quand l’enfant est en groupe, et il a paru évident que l’effet de groupe est à prendre en considération. Le niveau de prise de risque n’est pas le même pour un parent et son enfant, que pour une professionnelle avec un groupe de jeunes enfants.
  • L’enfant de 15 mois fatigué va se mettre en danger. L’état de l’enfant influera sur notre vigilance.
  • Un débat est né autour d’un questionnement sur les adolescents qui cherche le risque extrême, jusqu'à mettre leur vie en danger. Est-ce qu’ils ont une recherche de la peur avec un niveau toujours plus élevé ? Est ce en lien avec l’éducation, ou les possibilités de prendre des risques données quand ils étaient plus jeunes ?  Est-ce aussi une manière d’interpeler l’adulte ? Il n’y a pas une seule réponse et il est nécessaire à chaque fois d’étudier la situation dans son contexte.

Pour finir, Martine Nivon a montré des photos d’un atelier décloisonné où une éducatrice proposait un atelier avec de vrais outils de bricolages, des clous, des vis, des poignées, des targettes à fixer sur des cartons. Cette expérimentation laissait librement expérimenter en toute sécurité et les enfants avaient visiblement beaucoup de plaisir. Une ombre au tableau : le groupe est constitué de 6 garçons. Avec du recul, nous pouvons analyser que nous avions fait une différence entre les filles et les garçons. Les ateliers de maquillage sont offerts à tous, pourquoi pas les ateliers de bricolage ?
Cette prise de conscience va aider les équipes de la Balancelle à continuer à se remettre en questions dans leur pratique pour évoluer et donner les mêmes chances à tous.
Nous remercions très sincèrement Nilgün, et son interprète, ainsi que Bérangère Cohen de l’ACEPP 38/ 73  et Marie-Laure Bonnabesse formatrice à l’IFTS qui ont collaboré à l’organisation de ce café des parents.
Martine Nivon
Directrice de la Balancelle, crèche parentale à Moirans

 


La fête du printemps à l'Envol (Coublevie)

Le soleil était au rendez-vous et les familles aussi!!! Quelle belle matinée nous avons passé !
Nous nous sommes d’abord retrouvés autour d'un café, accueillis par la bonne humeur de Claude et Hanane.
Le parachute a connu un usage intensif, les plus petits l'ont utilisé comme nous en avions l'habitude en se cachant dessous, en faisant du vent...Mais les grands frères et les grandes sœurs ont vite transformé le jeu en" volley/ parachute"; la compét' est devenue féroce...


Le potager a été pris d'assaut, Marielle avait apporté sa bêche et a laissé le boulot a Olivier...
Puis chacun a pu planter ce qu'il avait apporté, tomates, salades, fraises, pomme de terres les carrés sont pleins à craquer, nous pourrons faire des conserves..
Jérôme Bayet, le plasticien nous a fabriqué un magnifique papillon qui a trouvé sa place dans notre jardin. Tout gris, il est passé par toutes les couleurs avec au moins une vingtaine de couches. De nombreux enfants ont pu participé, les parents aussi, certains en ont gardé des traces..et d'autres encore sont restés du début à la fin.


La matinée s'est terminée autour d'un verre de punch du cru Marmiton.
 
 


Un goûter cosmopolite aux Diablotins (St Nizier)

Cette année encore nous avons la chance d’accueillir plusieurs enfants dont un ou deux parents sont d'origine étrangère : Allemande, Bulgare, Écossaise, Japonaise, Mexicaine, Polonaise, Vietnamienne. Ces enfants sont plongés chaque jour dans un bain de langages différents. Nous avons souhaité réunir leurs parents afin qu'ils nous fassent découvrir une comptine de leur pays d'origine autour d’un goûter préparé par les enfants.


Le matin de la date choisie, les enfants mettent la main à la pâte pour préparer un gâteau et une pizza pour les parents. Les adultes préparent des panneaux de « bienvenue » écrit dans chaque langue.
Les parents arrivent le 22 mars à 16 h : Diana, allemande,  maman de Swan; Maria et Simon, bulgare et écossais, parents de Lilia; Kaori, japonaise, maman de Malo; Christopher, mexicain, papa de Rose; Lac, vietnamienne, maman de Tim; Iwona, polonaise, maman d'Emil ne peut malheureusement pas se libérer ce jour là.

Chacun-une nous présente une petite comptine directement venue de son pays d'origine. Nous les enregistrons afin de pouvoir les ré écouter et les apprendre, avec les enfants. Puis nous chantons ensemble une partie du répertoire de la crèche, avant de nous régaler avec le goûter préparé par les enfants.


Nous remercions les parents qui se sont rendus disponibles ce jour-là et qui nous ont permis de partager ensemble ce moment cosmopolite. Une manière pour eux également de faire plus ample connaissance et de créer des liens.


La crèche avec des yeux de Marmousets - Valbonnais

Dans le cadre de la grande lessive, manifestation culturelle qui promeut les arts plastiques,  organisée le 23 mars dernier, la structure des Marmousets a exposé les travaux créés par et avec les enfants. Le thème « ma vie vue d’ici » nous a permis de découvrir le « voir autremen t ».
 Nous avons découvert la terre, notre environnement, paysages, cartes mais aussi  nous avons testé et créé des jumelles, loupes, masques,lunettes, regarder au travers des feuilles des arbres, des doigts...
C’est aussi se découvrir soi même sous un autre angle  avec les jeux d’ ombres , reflets…
Du dynamisme pour préparer cette exposition ephemère qui n’a durée que quelques heures en collaboration avec les  travaux de l’école et des assistantes maternelles mais admirée par tous les parents et personnes ayant bravé le mauvais temps.
De plus depuis la rentrée nous voyageons à travers les continents en apprenant  les instruments de musiques, les rythmes ainsi que les animaux. 
Que de découverte pour les yeux de nos Marmousets et quel enchantement pour les parents.
 


Séances musique chez les loupiots - Grenoble

Un cycle de 5 séances de musique a été proposé aux enfants, dont deux séances ouvertes aux parents. C'est la compagnie SOLIFOLA qui est intervenu. Les participants ont partagé de très agréables moments.


Les rencontres/ateliers chez les Diablotins - St Nizier

"A la crèche, chaque mois deux ateliers sont mis en place un matin de 10h à 11h, sur un thème précis. Deux places sont disponibles pour les parents qui le souhaitent, chacun-unes peut s’inscrire selon ses disponibilités, à la date proposée.
Une ou deux professionnelles (selon l’effectif de l’équipe ce jour-là) accueillent les parents et animent ces rencontres.
Ces derniers mois nous avons ainsi partagé avec des mamans et papas différents ateliers : l’éveil sensoriel avec les tous petits, la découverte du ski avec les plus grands, le temps du « repas self-service » des grands, les ateliers Montessori et l’atelier langage et comptines signés, pour tous.

Ces matinées sont toujours très riches pour les parents qui découvrent et participent au quotidien de leur enfant à la crèche, et pour les enfants qui profitent pleinement de ces moments partagés avec leur parent. C’est également un moment propice pour les professionnelles qui prennent le temps d’expliquer aux parents le sens des actions que nous menons avec les enfants, et la démarche éducative que nous développons à la crèche."


Un samedi matin entre enfants, parents et professionnels à la crèche loup'tiots - Quaix en Chartreuse

"Afin que les parents puissent découvrir la richesse de la "malle p'homme de terre", et également en réponse à la demande exprimée par certains lors de notre réunion de rentrée, nous les avons invités à une matinée que nous avons baptisée "ludothèque à la crèche".
Pendant 2 heures, enfants, parents et même grands-parents ont pu jouer, explorer, partager leurs découvertes.
Il y a eu des échanges enfants/adultes et également entre adultes. Ces derniers ont pu également consulté la documentation des espaces infos énergie pour en emporter.
Une bonne occasion pour les parents d'échanger sur les jeux fabriqués (ceux de la malle et ceux réalisés par les professionnels de la crèche avec de la récup'), de jouer avec les enfants et de lire des livres, mais aussi de partager les préoccupations de parents ou de gestionnaires de la crèche.
Un bon moment pour les professionnels aussi qui donne envie de renouveler l'expérience."


Une histoire qui illustre l'accueil à Fées et lutins...

Dans le cadre du travail sur le label parental, la structure Fées et lutins (St Pierre de Chartreuse) a créé une belle histoire illustrée pour parler de l'accueil dans la structure. Vous pouvez notamment le découvrir à l'acepp38-73...